GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
&
GALERIE MARGOT ELEANOR ROSS ART ACTUEL
PRÉSENTE

LA NOUVELLE BIENNALE

DU 23 AVRIL AU 04 JUIN 2016
Vernissage samedi le 23 avril à 15h

Heures d’ouverture
mercredi au samedi de 12:00 à 17:00

Pour sa première édition, la Nouvelle Biennale est coproduite par les galeries Thomas Henry Ross art contemporain et Margot Eleanor Ross art actuel. Elles y présentent des œuvres de vingt-et-un artistes de haut niveau. Contrairement aux autres biennales qui fonctionnent sur un modèle plus traditionnel appuyé par une volonté étatique, la Nouvelle Biennale est entièrement financée par des intérêts privés, ce qui est une différence considérable pour ce type de structure. Cette manière de faire, malgré un financement réduit, permet une très grande flexibilité en ce qui a trait aux lieux où celle-ci pourra éventuellement se produire, mais surtout au moment où elle décidera de le faire. Le fait que son calendrier de production et son financement ne soient rattachés à aucun organisme extérieur est un avantage inestimable pour réfléchir un monde en constante mutation. S’il est vrai que la première phase de la Nouvelle Biennale a lieu à Montréal avec des intervenants nationaux, mais aussi internationaux, il serait souhaitable que les éditions subséquentes puissent être coproduites avec des partenaires provenant de l’extérieur de nos frontières nationales ou culturelles, afin de permettre d’adopter des points de vue multiples sur les réalités contemporaines et artistiques, transcendant ainsi le regard unidirectionnel sur l’art.

Un autre aspect inhabituel de cette Nouvelle Biennale est la possibilité d’y faire l’acquisition des œuvres présentées, ce qui permet d’une part d’aider à financer les éditions subséquentes de l’évènement, et d’autre part d’encourager les artistes, lesquels demeurent la raison d’être du projet, présent et à venir.

Au niveau thématique, le projet d’exposition de la Nouvelle Biennale s’articule autour du Zeitgeist, l’esprit du temps, thématique sous-jacente aux biennales depuis l’apparition de ce type d’évènement à Venise en 1895. Il ne s’agit pas ici de critiquer les modèles plus traditionnels de biennale mais plutôt d’entamer une réflexion qui permette de l’aborder autrement, avec une multitude de points de vue et de moyens. Historiquement, les biennales étaient calquées sur la formule des expositions universelles qui ont marqué le 19e et le 20e siècle. Nous ne pouvons réfléchir à ce que peut être un nouveau modèle de biennale sans considérer les préoccupations postcoloniales qui en découlent, puisque celles-ci sont au cœur de son développement depuis près de cent vingt ans. La Nouvelle Biennale propose d’initier une réflexion sur ces modèles imparfaits par une proposition qui est, elle aussi, imparfaite, mais incontournable et essentielle pour comprendre la réalité culturelle contemporaine telle qu’elle nous est présentée aujourd’hui.

Pour cette première édition de la Nouvelle Biennale, les artistes invités sont: Vikky Alexander, Itziar Barrio, Catherine Bodmer, Catherine Bolduc, Sebastien Cliche, Sylvie Cotton, Michel de Broin, Julien Discrit, Steve Giasson, Eleanor King, Chris Kline, Dejode & Lacombe, Manuela Lalic, Daniel Olson, James Paterson, Marc-Antoine K. Phaneuf, Felicity Tayler, Lucille Uhlrich, Jonathan Villeneuve, Kim Waldron et Pavitra Wickramasinghe.

Le commissaire de l’évènement est aussi son fondateur et directeur: Jean-Michel Ross.

 

Partenaire media:

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN

PRÉSENTE l’EXPOSITION

LA TRÈS HONORABLE KIM WALDRON

Du 19 septembre au 23 octobre 2015


Vernissage samedi le 19 septembre à 15h

L’exposition La très honorable Kim Waldron a été produite lors d’une résidence de quatre mois en Chine. L’artiste y a commandé trois portraits officiels au peintre Wang Wei : le premier a été produit à Xiamen dans la province de Fujian et les deux autres à Beijing.  Ceux-ci s’insèrent dans le projet Public Office où Waldron se présente comme candidate indépendante aux élections fédérals dans Papineau. C’est suite à plus d’une décennie de travail faisant usage de l’auto-représentation que l’artiste questionne l’usage de l’image en politique contemporaine.

Kim Waldron est une artiste visuelle montréalaise. Ses oeuvres utilisent fréquemment l’autoportrait comme moyen d’intervenir dans différentes situations sociales contemporaines. En questionnant le rôle des images et leurs contextes, ses oeuvres apportent un éclairage distinct à la construction de notre réalité subjective.

 

——————————-

COMMUNIQUÉ DE
PRESSE
Pour diffusion immédiate

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE Le Capitalisme au XXIe siècle

Du 27 février 2014 au 19 juin 2015
Vernissage jeudi le 26 février à partir de 17h

 

Le capitalisme au XXIe siècle

 « Il est évident que l’activité de l’homme transforme les matières fournies par la nature de façon à les rendre utiles. La forme du bois, par exemple, est changée, si l’on en fait une table. Néanmoins, la table reste bois, une chose ordinaire et qui tombe sous les sens. Mais dès qu’elle se présente comme marchandise, c’est une tout autre, affaire. À la fois saisissable et insaisissable, il ne lui suffit pas de poser ses pieds sur le sol ; elle se dresse, pour ainsi dire, sur sa tête de bois en face des autres marchandises et se livre à des caprices plus bizarres que si elle se mettait à danser. »

Karl Marx

Ce paragraphe du Capital de Marx ainsi que l’essai Capital au 21e siècle de l’économiste Thomas Piketty ont été une grande inspiration pour cette exposition qui représente tout le capital physique montréalais de la famille Waldron-Ross. Elle a aussi été inspirée par les recherches sur la présentation de collections privées et de leurs contextes à la fondation La Maison Rouge à Paris. Voici donc une proposition pour réfléchir au capital sous l’angle de l’œuvre d’art, de l’objet d’art et de l’objet tout court dans le contexte d’une galerie marchande.

Cette exposition a pour but de présenter les œuvres d’art de la collection du directeur, Jean-Michel Ross en tant qu’objet, de les présenter en quasi absence de leurs contenus, entouré des meubles et de tout ce qu’elles côtoyaient pendant 8 ans dans un grand appartement de la rue St-Denis entre St-Zotique et Bélanger. Cette exposition est présentée à l’occasion d’un déménagement forcé de la Petite Patrie, vers un nouvel appartement du quartier Outremont. Elle aura une duré d’un peu moins de quatre mois, soit la période de temps durant laquelle son directeur et sa famille travailleront à faire des expositions et de nouvelles œuvres en Chine entre Xiamen et Pékin.

En plus des questions qu’elle pose sur l’art et l’objet, la présence et l’absence, le public et le privé, l’ordre et le désordre, la valeur et la mise en valeur, l’exposition place son auteur dans une position d’ambigüité, cette position fragile qui délimite l’action de l’artiste et celle du commissaire. Elle explore cette frontière mouvante auquel s’intéressent ceux qui réfléchissent à la médiation de l’art, sans se retirer entièrement du processus de monstration par leurs choix et leurs décisions. Toute proposition commissariale est soumise à ces tensions, mais celles-ci sont ici accentuées par le fait que la centaine d’œuvres présentées ne soit que partiellement visible, même si toutes identifiées.

 

Une conférence sera organisée pour traiter plusieurs des enjeux soulevés le 26 avril à 11h à l’occasion de la Foire Papier 15 dans le cadre d’Espace_discussion en collaboration avec la revue Espace art actuel.

 

——————————-

 


GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN

PRÉSENTE
REFAIRE LE MONDE

DU 17 JANVIER AU 20 FÉVRIER 2015

Vernissage samedi le 17 janvier  à 15h

 

ITZIAR BARRIO

CATHERINE BOLDUC

JULIEN DISCRIT

JONATHAN VILLENEUVE

KIM WALDRON


——————————-

COMMUNIQUÉ DE
PRESSE
Pour diffusion immédiate

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE DEUX EXPOSITIONS

KIM WALDRON: PUBLIC OFFICE

Du 6 septembre au 27 septembre 2014
Vernissage samedi le 6 septembre à 15h

Galerie Thomas Henry Ross art contemporain (pop-up)
7629, rue St-Hubert,
Montréal, Qc.
H2R2N7

&

KIM WALDRON: RÉTROSPECTIVE 2003-2013

Du 13 septembre au 11 octobre 2014
Vernissage samedi le 13 septembre à 15h

Galerie Thomas Henry Ross art contemporain
5445, Ave de Gaspé, local 423,
Montréal, Qc.
H2T 3B2

C’est avec l’appui financier de la Ville de Montréal, dans le cadre du prix Pierre-Ayot 2013, que la galerie Thomas Henry Ross art contemporain présentera deux expositions de l’artiste Kim Waldron. Une rétrospective de ses dix dernières années de carrière, nommée simplement Rétrospective 2003-2013, sera présentée à la galerie, tandis que l’exposition Public Office, où l’artiste donnera le coup d’envoi à sa campagne électorale fédéral, aura lieu en pop-up sur la rue St-Hubert dans le district électoral convoité. En plus de travailler à l’obtention des 100 signatures requises pour devenir candidate officielle, l’artiste fera le lancement de ses mémoires, version anglaise, sous le titre Honesty, Hope and Hard Work, ce qui permettra aux résidents de la circonscription de mieux connaitre leur nouvelle candidate indépendante. Ce livre publié par l’Université Concordia a été rendu possible grâce au généreux soutien de la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman dans le cadre d’une bourse d’excellence pour laquelle l’artiste a été lauréate en 2013. La version française de l’ouvrage sera disponible avant les élections d’octobre 2015.

La pratique artistique de Kim Waldron fait fréquemment usage de l’autoportrait comme moyen de prendre position sur divers enjeux sociaux contemporains. Au fils des années, son travail a su questionner le rôle de l’image et l’importance du contexte comme discours tout en adressant cette idée que la réalité est toujours une construction. Le cadre conceptuel de ses séries photographiques repose habituellement sur les frontières qui définissent la réalité et la fiction. Si l’autoreprésentation est extrêmement importante dans son travail, l’utilisation de divers contextes pour construire ses narrations l’est tout autant.

 

——————————-

Julien Discrit, N45W111-N43W109 Ashton, détail (de la série États inversés) 2014, Impression jet d’encre sur papier argent métalisé 50 X 70,55 cm

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE
JULIEN DISCRIT : LA MESURE DU POSSIBLE

DU 2 août au 29 août 2014

Vernissage samedi le 2 août à 16h

Pour sa première exposition solo au Canada, Julien Discrit présente son travail photographique récent constitué par la série États inversés. Ces images créées à partir de fichiers de données d’élévation nous montrent des paysages monochromes, parcourus de rivières, de montagnes et de vallées telles qu’elles existent scrupuleusement sur le territoire étasunien. Mais ici, grâce à une inversion de la lumière éclairant ces paysages, le relief apparaît comme inversé, les vallées sont des crêtes et les montagnes des dépressions. Cette série de cartes n’offre donc plus la vision classique d’un espace “vu du dessus”, mais bien “vu du dessous”.

Il y présentera aussi l’œuvre Now is never ainsi qu’un exemplaire unique de la série Diagrammes qui propose le récit d’un rêve, séléctionné parmi ceux de l’artiste, et matérialisé sur une page de carnet. Un léger enfoncement, obtenu grâce à une machine à écrire dénuée de ruban encreur, vient créer les lettres et les mots de ces scénarios invisibles.

À travers diverses formes artistiques, Julien Discrit explore la façon dont l’Homme conçoit, perçoit et éprouve l’espace qui l’entoure. En cela la géographie constitue pour l’artiste une source importante de réflexion car elle « décrit le monde », et en donne des représentations possibles. Dans son travail il est souvent question de montrer comment ce dernier nous apparaît (ou disparaît), et ainsi mettre au jour les décalages, les ambiguïtés et les paradoxes qui se nouent entre la carte et le territoire. Julien Discrit a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives dont Les Pléiades -30 ans des FRAC-  aux Abattoirs de Toulouse en 2013, La Biennale de Lyon  2011, Entre-Temps  au Minsheng Art Museum de Shanghai en 2010, Diagrammes  en 2010 à la galerie Martine Aboucaya, Paris, ou encore La consistance du visible , 10è prix de la Fondation Ricard, Paris 2008.

 

——————————-

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE
CATHERINE BOLDUC : COMMENT ENCADRER UN PAYSAGE HYPOTHÉTIQUE

DU 26 AVRIL AU 7 JUIN 2014

Vernissage samedi le 26 avril  à 16h
Finissage samedi le 14 juin de 16h à 19h

 

« Un matin de septembre, alors que je lisais un article dans le journal au sujet de récentes découvertes en astrophysique, j’ai fait l’expérience d’une étrange sensation de vide sous mes pieds. Comme si le sol s’était soudainement évaporé. L’article portait sur l’hypothétique « matière sombre », matière impalpable et invisible à l’œil nu qui composerait néanmoins 80% de l’univers. Apparemment, le monde n’était pas exactement ce que j’en avais toujours perçu. Ni même ce que j’en avais imaginé. L’espace autour de moi était dorénavant envahi d’une matière mystérieuse qui échappait à mon regard. J’ai poursuivi ma lecture et, peu à peu, le vide sous mes pieds s’est tranquillement rempli. Puis, cette sombre matière s’est mise à proliférer de manière exponentielle. Il m’a semblé que bientôt je n’arriverais plus à discerner le paysage environnant. J’avais perdu mes repères. C’est alors que j’ai initié les œuvres présentées dans l’exposition Comment encadrer un paysage hypothétique, suite à cette expérience déstabilisante. L’exposition comprend une installation murale et des dessins grands formats composés de lignes sinueuses et de motifs ornementaux qui rappellent des chevelures ondulées, des encadrements baroques et des miroirs ovales. Mais ces « encadrements » et ces « miroirs », plutôt que de cerner un paysage reconnaissable ou de refléter une image de soi, invitent le regard à se perdre dans un foisonnement labyrinthique. Comment encadrer un paysage hypothétique envisage la réalité comme une construction complexe, peut-être inquiétante, peut-être fabuleuse, dont les contours demeurent le plus souvent insaisissables ».

Catherine Bolduc

Dans sa pratique artistique, Catherine Bolduc s’intéresse à la manière dont la psyché perçoit et construit la réalité en y projetant ses propres désirs, en la transgressant par la fabrication de merveilleux et de fiction. Son travail se nourrit principalement d’expériences subjectives liées à des souvenirs personnels où la fabulation et l’idéalisation opèrent une transfiguration mentale du réel ou lorsque, inversement, le désir subit l’épreuve de la réalité, que l’illusion fait face à la désillusion et à la déception. Ses œuvres invitent à faire l’expérience d’espaces fantasmagoriques qui réfèrent par exemple à une vie idéale fantasmée, à la recherche d’exotisme, à l’utopie amoureuse, à l’errance onirique, mais où la magie montre aussi son autre revers. Son intention esthétique est double; elle oscille entre l’évocation de la vulnérabilité humaine devant l’inadéquation de la réalité avec les désirs et la réconciliation par une célébration du pouvoir poétique du banal.

 

——————————-


GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE
J’EN VEUX PLUS, TOUJOURS PLUS! /// AND I STILL WANT MORE!

Du 15 mars au 12 avril 2014
Vernissage samedi le 15 mars à 16h

Galerie Thomas Henry Ross art contemporain présente la première exposition dans son espace permanant situé dans le nouveau pôle de diffusion de la rue de Gaspé à Montréal.  En plus d’organiser des expositions pop-up dans divers lieux, celle-ci s’est dotée d’un espace fixe pour y présenter une programmation régulière. 

Pour marquer l’ouverture de son nouvel espace nous vous présentons : J’en veux plus, toujours plus! /// And I Still Want More!, mettant en scène une sélection de la collection de son propriétaire et directeur sous la forme d’un salon. L’exposition consiste en la présentation excessive de 42 artistes dans un espace d’environ 300 pieds carré, mettant ainsi l’emphase sur le plaisir d’accumuler, mais aussi l’excès comme thème que l’on retrouve de manière récurrente en art contemporain et dans cette collection.  Il s’agit aussi de rendre hommage à des artistes exceptionnels du Canada et de l’international qui, au travers de leurs pratiques, poussent et alimentent notre réflexion sur l’art et le monde.

Artistes
Sylvette Babin, Itziar Barrio, Bernd & Hilla Becher, Mathieu Beauséjour, Dominique Blais, Catherine Bodmer, Catherine Bolduc, Michel de Broin, Christo et Jeanne-Claude, Sylvie Cotton, Marcel Dzama, Andrea Fraser, Sarah Greig, General Idea, Raymond Gervais, Dan Graham, Minja Gu, Milutin Gubash, Diane Landry, Mark Lombardi, Louise Lawler, Emmanuelle Léonard, Norton Maza, Thérèse Mastroiacovo, Aude Moreau, Daniel Olson, Tanja Ostojic and David Rych, Nam June Paik, Elizabeth Palowski, Roberto Pellegrinuzzi, Marc-Antoine K Phaneuf, Jamie Reid, Royal Art Lodge, Gabor Szilasi, David Shrigley, Michael Snow, Jana Sterbak, Team Macho, Ève K Tremblay, Kim Waldron, Ai Weiwei, Max Wyse 

 

——————————-

Kim Waldron, Rabbit Head, inkjet print, 33 X 33 cm, 2011

ARTWORKS YOU CAN SMUGGLE IN YOUR SUITCASE
(Oeuvre que l’on peut passer clandestinement dans ses valises)

8-11 novembre 2012 / November 8-11, 2012
ART MARKET BUDAPEST 2012

Galerie Thomas Henry Ross art contemporain est heureuse de vous inviter à la foire Art Market Budapest 2012 où elle présentera les oeuvres de Itziar Barrio, Richard Deschesne, Sarah Greig, Milutin Gubash, Aude Moreau, Tamas Veszi et Kim Waldron en compagnie d’oeuvres des galeries new-yorkaise Radiator Arts et Ruth Phaneuf Fine Arts pour leur exposition de groupe intitulée: Artworks You Can Smuggle in Your Suitcase (Oeuvre que l’on peut passer clandestinement dans ses valises).

Galerie Thomas Henry Ross art contemporain is pleased to invite you to Art Market Budapest 2012 where works will be presented by Itziar Barrio, Richard Deschesne, Sarah Greig, Milutin Gubash, Aude Moreau, Tamas Veszi and Kim Waldron alongside artwork from two New York galleries, Radiator Arts and Ruth Phaneuf Fine Arts in the exhibition titled Group Show: Artworks You Can Smuggle in Your Suitcase.


http://www.artmarketbudapest.hu

GROUP SHOW: ARTWORKS YOU CAN SMUGGLE IN YOUR SUITCASE  at Art Market Budapest 2012
November 8-11, 2012
Booth G406
Building B, Ground floor
Millenaris Cultural Center, Budapest, Hungary

This project is initiated by three contemporary art galleries founded in New York City in 2011:
Galerie Thomas Henry Ross art contemporain (NYC/MTL) www.thomashenryross.com
Radiator Arts Gallery (NYC) www.radiatorarts.com
Ruth Phaneuf Fine Arts (NYC) www.ruthphaneuffinearts.com

 

——————————-

Itziar Barrio, Welcome to the New Paradise, C-Print, 70 x 50 cm, 2009


COMMUNIQUÉ DE

PRESSE

Pour diffusion immédiate

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
PRÉSENTE

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN

Du 4 au 25 août 2012 à la Galerie B-312,
Vernissage samedi le 4 août à 15h
Heures d’ouverture: mercredi au dimanche, 12h à 17h

Fondée à New York en 2011, la Galerie Thomas Henry Ross art contemporain présentera une première exposition pop-up en sol montréalais réunissant les œuvres de trois artistes et d’un collectif qui susciteront une réflexion sur les rôles que joue le contexte dans la production de l’art actuel. Si plusieurs sociologues de l’art affirment aujourd’hui que, depuis Marcel Duchamp, c’est le contenant spatial (galerie, musée, fondation, etc.) qui place l’objet en situation d’œuvre, nous affirmons que ce sont plutôt les artistes qui intègrent ces lieux en toute conscience des dynamiques de pouvoir à même leurs préoccupations conceptuelles, celles-ci relevant directement des préoccupations esthétiques qui composent leurs œuvres au même titre que leurs préoccupations formelles

C’est par l’intermédiaire d’œuvres qui questionnent, incorporent et manipulent divers espaces publics et médiatiques, ainsi qu’en réfléchissant sur ce qui est propre aux espaces de diffusion décloisonnés, telles les plateformes pop-up, que l’exposition Galerie Thomas Henry Ross art contemporain abordera ces divers enjeux. Partant du point de vue que les contextes d’expositions alimentent toujours, à différents degrés, le discours émanant des œuvres et des commissariats, nous retrouverons dans cette initiative exploratoire diverses approches propres au mandat de la galerie parasitée. L’utilisation des espaces de la Galerie B-312, fermés pour la période estivale, favorisera le questionnement en ce qui a trait aux possibilités pour une galerie commerciale d’agir comme plateforme d’expérimentation et de recherche. Par la juxtaposition et le dialogue entre ces deux instances, nous espérons qu’il sera possible d’approfondir nos connaissances sur ces structures et leur impact sur la réception, mais aussi sur la production des œuvres qui y seront présentées. En dépit du contexte marchand de cette proposition, les œuvres ne seront pas toutes en vente; elles seront présentées davantage pour leur valeur réflexive que pour leur valeur strictement mercantile.

Parce que nous croyons en une pluralité de moyens de diffusion et que nous soutenons la recherche des artistes et des intervenants du milieu de l’art actuel à Montréal et ailleurs, la Galerie Thomas Henry Ross art contemporain remettra la moitié des revenus nets amassés durant son exposition à la Galerie B-312. Selon nous, il n’y a pas de contradiction entre le fait de présenter et de représenter des artistes qui repoussent les limites de la recherche en art contemporain et le fait d’encourager le financement public et privé de tels projets.

Pour promouvoir les échanges sur le sujet proposé, une table ronde sera aussi organisée le 18 août prochain en compagnie d’intervenants locaux et internationaux, ce qui encouragera le dialogue entre commissaires, artistes, chercheurs et collectionneurs.

Artistes
Les artistes de cette exposition sont Itziar Barrio (née à Bilbao, en Espagne, elle vit et travaille à New York), Sarah Greig (vit et travaille à Montréal), Kim Waldron (née à Montréal, elle vit et travaille à Montréal) et Group Material (collectif fondé à New York, dont les membres ont collaboré de 1979 à 1996).

Organization
Jean-Michel Ross, directeur de la Galerie Thomas Henry Ross art contemporain, il est commissaire indépendant depuis 2004.B-312 est un centre d’artiste à but non lucratif célébrant présentement son 20ème anniversaire.

Remerciements
La Galerie Thomas Henry Ross art contemporain tient à remercier les artistes du projet et l’équipe de la Galerie B-312 pour leur soutien et leur dévouement. Nous tenons aussi à remercier Richard Contant, Naide D’amico, Jean-Sébastien Leroux, Emily Southwood et Ève K. Tremblay. Sarah Greig aimerait aussi remercier Thérèse Mastroiacovo et Jean-Michel Ross.

 

——————————-

GALERIE THOMAS HENRY ROSS ART CONTEMPORAIN
présente la trilogie:

ALL WORK AND NO PLAY MAKES THOMAS A DULL BOY.
Commissarié par Jean-Michel Ross

Pour le premier événement collaboratif de cette plate-forme d’exposition pop-up nouvellement créée, la galerie Thomas Henry Ross art contemporain vous invite à une exposition en trois patries sous le titre:
ALL WORK AND NO PLAY MAKES THOMAS A DULL BOY.

L’événement aura lieu dans trois lieux différents:

ISCP (International Studio & Curatorial Program)
Radiator Gallery
RU 
(Residency Unlimited)

La galerie tient à remercier la générosité et le soutien des trois organismes qui accueillent l’événement ainsi que le Conseil des arts et des lettres du Québec qui a rendu possible la résidence commissarial de son directeur Jean-Michel Ross à ISCP.


1.        Présentation par le commissaire et directeur Jean-Michel Ross suivie d’une exposition solo d’Ève K. Tremblay (Montréal-New York)

24 janvier 2012 à 18h30 (au ISCP)

Avec ce premier événement, Jean-Michel Ross présentera le Magazine Free Pass et la galerie Thomas Henry Ross art contemporain qu’il a fondé lors de sa résidence commissairal au ISCP. L’artiste sud-coréenne Kakyoung Lee, une collègue en résidence présentera également son travail. Les présentations seront suivies par une exposition solo inédite de collage de l’artiste Ève K. Tremblay sous le sous-titre “Sorry it was a missunderstanding”.

(Des passes de presse de Free Pass Magazine seront disponibles après la présentation)

International Studio & Curatorial Program (ISCP)

1040 Metropolitan Avenue
Brooklyn, NY, 11211
Studio 211
Pour plus d’information sur cet événement, contactez-nous au 718-502-6764
ou écrivez-nous à info@thomashenryross.com

—————————————————————-

2.        Exposition de groupe

Du 27 janvier au 18 février 2012 par rendez-vous (chez Radiator Gallery)

Les heures d’ouverture les 28 et 29 janvier sont de 12h00 à 18h00

Vernissage le 27 janvier 2012 de 18h00 à 21h00

Le deuxième événement sera une exposition de groupe d’artiste qui ont contribué à définir la plate-forme qu’est la galerie Thomas Henry Ross art contemporain. Après deux mois et demi de recherche en résidence à ISCP, c’est le temps de travailler, de jouer et d’exposer des oeuvres qui ont eu un impact sur la création de cette nouvelle galerie. Radiator Galerie, un espace nouvellement constitué qui se définit comme un médiateur radical pour les arts, à généreusement ouvert ses portes pour le projet en fournissant un espace pour l’exposition. Cette collaboration sera la première exposition officielle de ce nouvel acteur sur la scène New Yorkaise située à environ deux minutes de PS1 Moma.

Le deuxième événement présentera les travaux des artistes suivants:

Itziar Barrio (Bilbao-New York)
Alex Clark (North Jersey)
Petros Chrisostomou (London-New York)
Gabriela Galvan (Mexico-New York)
Sarah Greig (Montreal)
Milutin Gubash (Montréal)
Theresa Mastroiacovo (Montréal)
Ève K. Tremblay (Montréal-New York)
Kim Waldron (Montreal)

(Des passes de presse de Free Pass Magazine seront disponibles après la présentation)

Radiator Gallery
10-61 Jackson Ave,
Long Island City, NY, 11106
Pour plus d’information ou pour prendre rendez-vous, contactez Tamas Veszi au 347-677-3418 ou écrivez-nous à info@thomashenryross.com

www.radiatorarts.com

————————————————————-

3.        Projection de vidéo d’art contemporain et présentation du magazine Free Pass et de la galerie Thomas Henry Ross par son directeur Jean-Michel Ross

31 janvier 2012 à 18h30 (à Residency Unlimited)

Le troisième événement débutera par une brève présentation suivie d’une projection de courtes vidéos par six artistes contemporains qui travaillent avec l’idée du jeu.

Artistes qui présenteront leurs oeuvres vidéos:

Itziar Barrio (Bilbao-New York)
Gabriela Galvan (Mexico-New York)
Milutin Gubash (Montréal)
Kelly Lycan (Vancouver)
Ève K. Tremblay (Montréal-New York)
Tamas Veszi (New York)

(Des passes de presse de Free Pass Magazine seront disponibles après la présentation)

Residency Unlimited
360 Court St. unit #4
Brooklyn, Ny, 11231
Pour plus d’information sur cet événement, contactez-nous au 718-502-6764
ou écrivez-nous à info@thomashenryross.com

 

——————————-